dimanche 30 décembre 2018

Livre à paraître prochainement

 Livre à paraître prochainement aux Editions des saints Martyrs canadiens :


Petite citation pris du livre : 

[Tertullien] « Ses opinions montanistes se révèlent clairement dans ses traités sur le Voile des Vierges, de l’Exhortation à la chasteté, de la Monogamie, de la Pudicité, du Jeûne contre les psychiques. Il veut que les femmes soient toujours voilées ; il rejette les secondes noces absolument comme l’adultère et la fornication ; il enseigne que certaines fautes graves sont irrémissibles et il multiplie les jeûnes. Pour lui, le conseil devient précepte rigoureux. Il veut demeurer fidèle à l’orthodoxie, tout en adhérant au montanisme, et comme les jansénistes, il veut rester dans l’Eglise malgré l’Eglise. »


lundi 24 décembre 2018

Nativité de Jésus-Christ - Saint Léon le Grand




Notre Sauveur, bien-aimés, est né aujourd'hui, réjouissons-nous ! Car il serait impie de laisser place à la tristesse en ce jour de naissance de la vie ; de la vie qui, détruisant la mort, nous comble de la joie que donne l'éternité promise. Il n'est personne à qui soit refusé de partager cette allégresse, un seul et même motif de joie est commun à tous, car notre Seigneur qui, venu détruire le péché et la mort, n'a trouvé parmi les hommes personne qui fut libre de faute, est venu les libérer tous. Qu'exulte le saint, car il est près de recevoir la palme ; que se réjouisse le pécheur, car on l'invite au pardon ; que le païen prenne courage, car on l'appelle à recevoir la vie.

En effet, lorsque vint la plénitude des temps qu'avait fixée l'impénétrable profondeur du conseil divin, le Fils de Dieu prit la nature propre au genre humain afin de la réconcilier avec son Auteur, en sorte que le diable, inventeur de la mort, fut vaincu par cette nature même qu'il avait vaincue. Dans cette lutte engagée pour nous, le combat fut mené en se conformant au droit admirable et suprême de l'équité, car le Seigneur tout-puissant se mesura avec ce très cruel adversaire non dans sa Majesté, mais dans notre humanité, lui opposant la même condition, la même nature que les nôtres, partageant notre mortalité tout en demeurant étranger à tout péché. Oui, cette naissance échappe à ce qui est écrit de tous les hommes : « Personne n'est sans souillure, pas même l'enfant qui n'a vécu qu'un seul jour sur la terre. » (Jb 14,4-5). Rien donc dans cette naissance unique qui vienne de la concupiscence charnelle, rien qui découle de la loi du péché. De la race de David est choisie une vierge de sang royal qui, appelée à porter un rejeton sacré, concevrait dans son esprit avant que dans son corps cette divine et humaine descendance. Et, de peur qu'ignorante du dessein divin, elle ne s'effraie devant des faits inhabituels, elle apprend de la bouche d'un ange ce que va opérer en elle l'action de l'Esprit saint. Aussi ne croit-elle pas que sa pureté souffre un dommage, elle qui bientôt sera Mère de Dieu. Pourquoi, en effet, n'aurait-elle point foi en la nouveauté de cette conception, elle à qui est promis que l'efficacité en viendra de la puissance du Très-Haut ? Le témoignage d'un miracle préalable vient même confirmer sa foi, et la fécondité d'Élisabeth lui est apportée en preuve, afin que l'on ne doute pas que celui qui qui avait donné à une femme stérile la faculté de concevoir la donnerait aussi à une vierge.

Le verbe de Dieu, Dieu, Fils de Dieu, qui au commencement était avec Dieu, par qui toutes choses ont été faites et sans qui rien n'a été fait, afin de délivrer l'homme de la mort éternelle, est donc devenu homme. Pour épouser la bassesse de notre condition sans que sa majesté en soit diminuée, Il s'est abaissé de telle sorte que, demeurant ce qu'Il était et assumant ce qu'Il n'était pas, Il unit la véritable condition de serviteur à cette condition dans laquelle Il est égal à Dieu le Père, réalisant ainsi entre les deux natures une alliance si étroite que ni l'inférieure ne fut absorbée par cette glorification, ni la supérieure diminuée par cette assomption. Les propriétés de chaque nature restant donc sauves et se réunissant en une seule personne, la majesté se revêt d'humilité, la force de faiblesse, l'éternité de caducité ; pour payer la dette due par notre condition, la nature inviolable s'est unie à une nature passible, vrai Dieu et vrai homme s'associant dans l'unité d'un seul Seigneur ; ainsi le seul et unique médiateur entre Dieu et les hommes put, comme l'exigeait notre guérison, mourir en vertu d'une des deux natures et ressusciter en vertu de l'autre.

C'est donc à juste titre que l'enfantement du Sauveur ne porta pas atteinte à l'intégrité virginale ; car la mise au monde de Celui qui est la Vérité fut la sauvegarde de sa pureté.

Une telle naissance, bien-aimés, convenait au Christ, Puissance de Dieu et Sagesse de Dieu, cette naissance par laquelle Il s'adaptait à nous par l'humanité et l'emportait sur nous par la divinité. Si, en effet, Il n'était pas vrai Dieu, Il n'apporterait pas de remède ; s'il n'était pas vrai homme, Il ne procurerait pas d'exemple. Aussi, à la naissance du Seigneur, les anges chantent-ils en liesse : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux » et proclament-ils « La paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ». Ils voient, en effet, la Jérusalem céleste se construire au moyen de toutes les nations du monde : cette œuvre ineffable de la divine Bonté, quelle cause d'allégresse ne doit-elle pas être dans l'humble monde des hommes, si elle provoque une si grande joie dans la sphère sublime des anges ?

Remercions donc, bien-aimés, Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit saint, Lui qui, à cause de la grande miséricorde dont Il nous a aimés, a eu pitié de nous, et, alors que nous étions morts par suite de nos péchés, nous a fait revivre par le Christ, voulant que nous soyons en Lui une nouvelle création, une nouvelle oeuvre de ses Mains. Dépouillons donc le vieil homme avec ses agissements, et, admis à participer à la naissance du Christ, renonçons aux œuvres de la chair.

Reconnais, ô chrétien, ta dignité, et, après avoir été fait participant de la nature divine, ne va pas retourner, par un comportement indigne de ta race, à ta première bassesse. Souviens-toi de quelle Tête et de quel Corps tu es membre. Rappelle-toi qu'arraché à l'empire des ténèbres, tu as été transféré dans le royaume de Dieu et dans sa lumière. Par le sacrement du baptême, tu es devenu temple du saint Esprit : ne va pas, par tes mauvaises actions, faire fuir loin de toi un tel hôte et te soumettre à nouveau à l'esclavage du diable ; ta rançon, c'est le sang du Christ, et Il te jugera selon la vérité, Celui qui t'a racheté selon sa Miséricorde, Lui qui règne avec le Père et l'Esprit saint dans les siècles des siècles. Amen.

dimanche 2 décembre 2018

Père Onésime Lacouture - 3-37 - La prière et fin



TRENTE-SIXIÈME INSTRUCTION
LA PRIÈRE.

«Qui de vous si son fils lui demande du pain lui donnera une pierre? Ou s’il lui demande du poisson, lui donnera un scorpion? Si donc, vous, tout méchant que vous êtes, savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux, donnera-t-il ce qui est bon à ceux qui le prient!».

jeudi 29 novembre 2018

Père Onésime Lacouture - 3-36 - Saint Jospeh



TRENTE-CINQUIÈME INSTRUCTION
SAINT JOSEPH.

«Allez à Joseph!», disait Pharaon au peuple. Gen. 41-55.

Nous pouvons nous faire une idée de ce que doit être Saint Joseph pour nous en considérant sa figure dans l’Ancien Testament. On sait que le peuple juif était la figure de Jésus: une foule de textes le disent indifféremment de l’un ou de l’autre, comme par exemple: «J’ai racheté mon Fils d’Egypte», ce qui est vrai du peuple et de J.-C. Si donc le peuple juif a eu son Joseph pour le sauver de la famine et de la mort, Jésus a eu aussi son Joseph pour le nourrir pendant sa vie cachée.

dimanche 25 novembre 2018

Père Onésime Lacouture - 3-35 - Marie mère de Dieu (suite)



TRENTE-QUATRIÈME INSTRUCTION
MARIE, NOTRE MÈRE.

«Jésus, ayant vu sa Mère et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa Mère: «Femme voilà votre fils!». Ensuite, il dit au disciple: «Voilà votre Mère!», et depuis cette heure, ce disciple la prit comme sa Mère». X. 1926.

Père Onésime Lacouture - 3-34 - Marie mère de Dieu



TRENTE-TROISIÈME INSTRUCTION
MARIE, MÈRE DE DIEU.

«Vous concevrez dans votre sein et vous enfanterez un fils, à qui vous donnerez le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé le Fils du Très Haut». Luc 1,31.

Dans nos trois séries de retraites, nous avons considéré nos principales relations avec chacune des trois personnes de la Sainte Trinité: il nous reste à considérer le rôle de la Sainte Vierge pour nous unir à la Sainte Trinité.