« C'est une grande chose d'avoir, au sein même de l'Église catholique, la foi dans son intégrité »
-Saint Augustin

« L'ignorance est notre pire ennemi. »
-Saint Pie X

« La vérité vous rendra libre »
-Jean 8, 32

vendredi 12 avril 2013

Carillon-Sacré-Coeur

Le Drapeau que vous voyez dans le haut du blogue est le Carillon-Sacré-Cœur qui est le drapeau de tout le peuple Canadiens français de tous les États-Unis et du Canada. Ce drapeau est l’image parfaite de ce qu’est un peuple de descendance française et catholique. Royaliste dans le sang, fier de ses traditions, le lys dans le cœur, la mémoire de ces braves combattants qui ont arrosé cet étendard du sang de la bravoure. Aujourd’hui, prions le Sacré-Cœur, Ste-Anne, St-Joseph et St-Jean Baptiste de nous venir en aide.
Cet article a été inspiré de C.-J. Magnan « Le Carillon-Sacré-Cœur Drapeau National des Canadiens français ».
Sous le titre « Un drapeau national du Sacré-Cœur » le grand journal catholique appréciait en ces termes élogieux notre nouvel étendard :
« Un grand drapeau bleu d’azur, frappé aux quatre coins d’une fleur de lis, et traversé d’une large croix blanche qui porte, à la croisée des bras, un Sacré-Cœur encadré d’un double rameau verdoyant d’érable.
 
C’est le drapeau national adopté par nos frères d’outre-océan, les Canadiens français.
Depuis longtemps cette race vigoureuse et féconde, enraciné dans la foi et débordante de sève, que l’insouciance criminelle de Louis XV abandonna, il y a près d’un siècle et demi, rêvait de déployer son drapeau national. Ils forment un peuple, en effet, ces trois millions de Canadiens, issus des 60,000 français de 1760; ils forment un peuple ayant son parler, ses croyances et ses franchises. Ils voulaient donc étant un peuple avoir un drapeau.
Donc, au mois de janvier de cette année 1903, un comité naissait à Québec, en vue de fixer les couleurs nationales.
Le drapeau d’azur, illustré de lis aux quatre coins, c’est l’étendard célèbre et vénéré de Carillon : Carillon, la victoire national presque légendaire, et que le peuple a toujours regardé comme miraculeuse; la victoire où, le 10 juillet 1758, sur les bords du lac Champlain, Montcalm avec 3,600 Canadiens, mit en déroute 15,000 Anglais; la victoire qui résume aujourd’hui pour les Canadiens français tout l’héroïsme et la gloire des ancêtres. Oui, le drapeau bleu, rapporté de Carillon par le P. Berey, aumônier des troupes, suspendu comme un trophée et comme un souvenir à la voûte des Récollets de Québec, sauvé providentiellement de l’incendie qui dévora cette église en 1796, aujourd’hui précieusement gardé par l’Université Laval, ce drapeau bleu, fleuri de lys, avait bien le droit de reparaître au grand jour et de flotter sur le Canada français comme un drapeau national.
Il reparaît chargé de la croix blanche dont la France de jadis orna ses oriflammes, et qui marquait les étendards de la mère patrie, brûlés par le chevalier de Lévis en 1760. Il reparaît orné de la feuille d’érable, que les colons primitifs adoptèrent comme emblème et qui rappelle aux Canadiens français qu’ils furent les premiers occupants de ce pays. Il reparaît enfin, scellé du Sacré-Cœur.
Le drapeau national des Canadiens français est donc un drapeau du Sacré-Cœur. Et de cela surtout, nous éprouvons une grande joie et nous félicitions cordialement nos frères.
Enfants de même race, il nous plaît, assurément, de les voir s’unir autour d’un drapeau national qui cimente leur bloc et multiplie leurs forces.
Mais, fils du même baptême, il nous est plus agréable encore de les vois affirmer publiquement la foi qui nous est commune, en imprimant, parmi les emblèmes et les couleurs si bien choisis de leur drapeau, le signe sauver de l’amour divin. »
L’Univers, Paris, 1903
En ornant le drapeau national d’un emblème religieux, le Sacré-Cœur, le Comité de Québec répondait au désir de Léon XIII qui, dans son Encyclique Annum Sacrum, où il consacrait le genre humain au Sacré-Cœur de Jésus, demandait qu’on l’honore publiquement.
Promulguant cette Encyclique, le 26 juillet 1899, Sa Grandeur Monseigneur Louis-Nazaire Bégin, alors archevêque de Québec, disait à son tour dans sa lettre pastorale :
« Heureux les cœurs fidèles qui acceptent avec joie cette douce souveraineté du Sauveur et se montrent dociles aux moindres sollicitations de la grâce! En prenant Jésus pour roi, en lui obéissant, ils se tressent à eux-mêmes une éternelle couronne.
« Heureuses les nations qui, loin de craindre et d’entraver le règne social de Jésus-Christ, recherchent au contraire cette tutelle salutaire et font à l’Église de Dieu la place qui lui revient dans le gouvernement des choses humaines! » « En ces derniers temps, surtout, dit Léon XIII, on a pris à cœur de dresser comme un mur entre l’Église et la Société civile. Dans la constitution et l’administration des États, on compte pour rien l’autorité du droit sacré et divin. On a pour but d’enlever à la religion toute influence sur le cours de la vie civile ».
« Voilà pourquoi, d’une main ferme, le Saint-Père déploie au-dessus des nations chrétiennes, au-dessus de l’humanité toute entière, l’étendard du Sacré-Cœur, comme un signe de ralliement, de force et de salut. C’est, sous une nouvelle forme, la proclamation du dogme fondamental de la suprématie et de la royauté universelle de Celui qui est le Maître des peuples et des rois, des individus et des sociétés. »
En se rendant ainsi au désir exprimé par l’illustre Léon XIII, et à celui non moins pressant de l’archevêque de l’Église mère du Canada, le Comité de Québec accomplissait non seulement un beau geste d’obéissance religieuse, mais il restait d’accord avec l’esprit et la tradition de notre Société nationale, la Saint-Jean-Baptiste. En effet, la Société Saint-Jean-Baptiste est non seulement nationale dans son but, mais aussi religieuse dans son esprit. La célébration de la Saint-Jean-Baptiste commence toujours par une messe et dans ses cortèges son glorieux patron est toujours accompagné de l’Agneau – et non du « mouton », comme le disent et l’écrivent les impies ou les irréfléchis – de l’Agneau, emblème sacré figurant la Divine victime annoncée par Jean-Baptiste.
Le premier décembre 1907, le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec, l’honorable Adélard Turgeon, ministre dans le gouvernement de Québec, adressa à S. G. Mgr L.-N. Bégin, sur le point de partir pour Rome, une résolution adoptée par la société nationale, priant l’Archevêque de Québec de solliciter du Saint-Père « la reconnaissance et la proclamation solennelle de saint Jean-Baptiste comme patron national des Canadiens français. » La lettre de M. Turgeon à Mgr Bégin, la réponse de ce dernier datée de Rome et le Bref du Pape proclamant le Précurseur comme patron national des Canadiens français, fixaient pour toujours le caractère religieux et national de la Société Saint-Jean-Baptiste. Tous les documents relatifs au Bref de Sa Sainteté Pie X déclarant saint Jean-Baptiste patron de Canadiens français ont été publiés dans La Semaine Religieuse de Québec, de 1907-1908.
 
« Sur un fond d’azur orné à chaque coin d’une fleur de lis, une croix blanche s’étale. Au centre, entouré de feuilles d’érable, brille le Cœur Sacré de Jésus. Ce dessin est simple mais combien parle à l’âme de notre race, combien il lui rappelle tout ce qui nous est cher! C’est d’abord la France, d’où nous venons et dont nous conservons pieusement la langue, puis la terre canadienne, notre patrie, découverte et civilisée par nos ancêtres, et enfin, la foi qui illumina notre berceau et n’a cessé d’éclairer notre marche. »
R.P. J.-P. Archambault, S.J.
 
Le Carillon-Sacré-Cœur, ainsi dénommé par la voix populaire, fit fortune et il flotta à la brise canadienne aux jours de la Saint-Jean-Baptiste et fur arboré sur les maisons d’éducation, les hôtels de ville et même, un jour de la Saint-Jean-Baptiste, sur le Parlement de Québec. La première maison d’éducation qui arbora le Carillon-Sacré-Cœur fut l’École normale Laval de Québec, 1er mai 1903.
Le 24 juin 1903, le Carillon-Sacré-Cœur flotta triomphalement à l’inauguration du monument Bourget, à Montréal : il était fièrement porté par les zouaves pontificaux.
 
« Si jamais on vous demandait d’où vient cette hardiesse de graver sur vos étendards l’image du Sacré-Cœur, vous répondrez que c’est le Seigneur lui-même qui vous a rendus à ce point hardis, en se révélant, dès l’origine de notre colonie, à la vénérable Marie de l’Incarnation, longtemps avant de se manifester à Paray-le-Monial. Dès lors, n’avons-nous pas le droit d’être des premiers à le mettre sur notre drapeau?
Qu’il flotte donc fièrement et joyeusement sur le Canadiens français, le drapeau aux couleurs de Carillon et aux armes du Cœur sacré de Notre Seigneur. »
R.P. Turgeon, S.J.
 
« Vous ne le dites pas, mais je présume que, dans votre pensée, il s’agit d’un drapeau national des Canadiens français, dans lequel figurerait l’image du Sacré-Cœur.
Laissez-moi vous dire d’abord que je ne suis pas étonné de vous entendre louer le mouvement spontané d’un bon nombre de vos élèves souscrivant au projet; il est trop noble, trop élevé et surtout trop glorieux au Sacré Cœur de Jésus pour ne pas provoquer vos sympathies et emporter votre adhésion empressée.
C’est vous dire combien je trouve opportun que les Canadiens français adoptent un drapeau national, et combien je trouve heureuse la pensée d’y inclure l’image du Sacré-Cœur.
J’espère que l’idée fera son chemin; mais il serait fort étonnant qu’elle ne rencontrât pas de grands obstacles : le prince des ténèbres, - qui ne désarme parce qu’il est orgueil, - ne laissera pas arborer, sans s’agiter, le glorieux étendard de son éternel vainqueur »
R.P. C. Ducharme, C.S.V.
 
 «Vous avez compris que rien ne serait plus propre à rendre votre action fructueuse que de vous mettre sous la protection du Cœur de Jésus. En le plaçant sur votre drapeau vous l’avez constitué votre modèle et votre guide.
Allez puiser à ce foyer divin la foi, le courage, la généreuse ardeur des vrais soldats de l’Église et de la patrie; il allumera en vous ce feu qu’il avait mis au cœur des Zouaves de Loigny, de Patay, et qui leur fit conquérir l’admiration du monde entier.
Marchez à sa lumière. Vous suivrez le chemin du devoir; vous saurez faire de vos corps un rempart à la patrie et à l’Église;  vous verserez votre sang plutôt que de forfaire à la foi et à l’honneur : témoin, saint Maurice que vous avez pris pour votre patron et les 6,600 martyrs de la légion Thébaine.
Honorez votre drapeau; soyez-lui fidèles à la vie, à la mort. »
Mgr Frs.-X Cloutier
« Le drapeau que l’Église va bénir, je n’ai pas la mission de déclarer s’il est, oui ou non, destiné à devenir drapeau national. Mais pénétrez bien vos âmes des idées et des sentiments dont il est le symbole. J’y vois réunis les trois grands éléments de votre patriotisme : la foi nationale, figurée par cette croix blanche que la France chrétienne, notre ancienne mère patrie, porta si longtemps et si glorieusement à son front; l’espérance nationale, attachée à ce fond d’azur, qui se trouvait, dit-on, sur la bannière de Carillon, et qui, par la même, nous rappelle, avec le courage héroïque de nos pères, les bontés et les sollicitudes de la Providence à notre égard; l’amour national, si bien exprimé par ces feuilles d’érable tressées autour du Cœur de Jésus, comme pour nous dire qu’en aimant Dieu on aime sa patrie, et qu’en aimant sa patrie, on sait travailler, souffrir et se dévouer pour elle. »
Mgr L.-A. Pâquet
Dans les années 60 est née ce qu’on appel « la Révolution tranquille » avec cette expression on a voulu tué tout ce qui était de la religion catholique. Tout, absolument tout y a passé, le peuple a tellement voulu être autre chose qu’il a carrément changé de nom. De Canadien français il est devenu québécois. Le québécois, peuple sans histoire, abâtardi, né de la révolution, en perpétuelle recherche de sa véritable identité est sans contredit un nouveau peuple.
Un Canadien français est catholique d’abord et avant tout, la langue française le caractérise dans cet entourage anglophone, fort physiquement, ingénieux, humble et travaillant il a su forgé sa race et son pays, il est royaliste dans l’âme et soldat de naissance il se sent dans son élément dans les lieux de combats autant politiques que dans un champ de bataille.
Les saints martyrs canadiens ont purifié notre race de leurs sangs. Les Québécois ont souillé cette race de leurs blasphèmes envers le Sacré-Cœur qui ne méritait que notre amour et notre soumission.
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire