« C'est une grande chose d'avoir, au sein même de l'Église catholique, la foi dans son intégrité »
-Saint Augustin

« L'ignorance est notre pire ennemi. »
-Saint Pie X

« La vérité vous rendra libre »
-Jean 8, 32

dimanche 4 février 2018

Père Onésime Lacouture - 2-30 - L'agonie de Jésus


VINGT-NEUVIÈME INSTRUCTION
L’AGONIE.
«Mon âme est triste jusqu’à la mort!»
Plan {Elle répugne à la nature.  Remarques sur la Passion: {Question d’amour.  {Une vie concrète.  Nécessité de l’expiation.  {Tristesse de Jésus.  Descente à Gethsémani: {Prière de Jésus.  {Agonie de Jésus.  Sommeil des disciples.
REMARQUES SUR LA PASSION 
Nous connaissons les faits racontés par les Evangélistes au sujet de la Passion de Jésus, mais combien peu sont capables de s’y arrêter pour les méditer dans le coeur afin de vivre selon les trésors de sagesse et de science divines qui sont renfermés là!  La raison humaine se détourne instinctivement de ce monde incompréhensible pour elle et si contraire à toutes ses inclinations naturelles.  Cependant les chrétiens sont tenus de méditer sérieusement ce qu’ils doivent reproduire dans leur propre vie sous peine de perdre le ciel.  Comment imiter les souffrances de Jésus si nous ne les comprenons pas un peu au moins?  Comment en avoir des échantillons dans les épreuves de la vie si nous ignorons le détail des souffrances de notre divin Sauveur?  Il faut avoir apprécié l’original pour apprécier l’échantillon.  C’est l’enseignement bien formel de Jésus que notre bonheur au ciel dépend de notre participation à la passion de Jésus.  Quand la mère de Jean et de Jacques lui demande que chacun de ses fils soit à côté de lui au ciel, il répond: «Est-ce qu’ils pourront boire mon calice?» St.  Paul dit: «Nous régnerons avec lui pourvu que nous souffrions avec lui.» Et cette idée revient souvent dans les Apôtres.  Nous devons donc tous participer d’une façon ou d’une autre aux souffrances de Jésus.  Pour le faire avec profit spirituel il faut souffrir avec Jésus et dans le même esprit.  Pour cela il faut donc essayer de pénétrer dans le Coeur de Jésus et dans sa mentalité.  Peu de chrétiens le font parce qu’ils écoutent trop la nature qui se détourne spontanément de la considération des choses qui lui répugnent tellement.  Eh bien, envisageons donc tout de suite dès le début de la Passion de Jésus… Cette répugnance de la nature.  Agissons ici comme dans une opération chirurgicale qu’il nous faut subir sous peine de mort.  Est-ce qu’on écoute les répugnances de la nature dans ce cas?  Dès qu’on réfléchit aux conséquences désastreuses pour notre vie, nous marchons malgré la peur qui nous fait trembler.  Eh bien, faisons de même pour les méditations douloureuses de Jésus; n’écoutons pas ces répugnances que nous éprouvons malgré nous et appliquons notre esprit et notre coeur à contempler ces mystères douloureux de Notre Seigneur.  Malgré le dégoût et l’ennui repassons-les tranquillement et avec la détermination bien arrêtée d’accepter à l’avenir les croix que Dieu nous enverra pour nous faire ressembler davantage à Jésus-Christ.
Question d’amour.  C’est dans sa passion surtout que Jésus nous montre le plus d’amour, aussi qu’il le dit lui-même «Personne ne peut montrer plus d’amour qu’en donnant sa vie pour ceux qu’il aime.» Or nous savons que l’amour ne s’ouvre qu’à l’amour.  C’est le coeur seul qui peut pénétrer le coeur.  «Celui qui m’aime sera aimé de mon Père et je l’aimerai aussi et je me manifesterai moi-même à lui.» I.  11-21.  Il est donc avantageux d’essayer de réveiller notre amour envers Jésus afin de mieux comprendre son amour pour nous et de pénétrer plus intimement dans ce sanctuaire d’amour qu’est sa passion.  A mesure que les saints progressent en sainteté, ils s’affectionnent davantage à la contemplation de la passion de Jésus-Christ.  Il y a là comme un aimant qui attire les coeurs.
Qu’on ne cherche donc pas de savantes considérations ou des idées nouvelles sur les souffrances de Jésus.  Mais au moins faisons des actes d’amour en nous arrêtant à une douleur de Jésus.  Plus nous ferons cela et plus le St-Esprit nous découvrira la sagesse divine dans la souffrance et l’amour de Jésus dans sa passion.  Qu’on raconte à une mère les souffrances et les blessures d’un soldat inconnu, ce récit la laisse indifférente.  Mais qu’on lui dise que c’est son fils dont il s’agit et alors tout change.  Comme les moindres détails l’intéressent!  Comme son amour va en découvrir encore plus, surtout ce que son fils souffre intérieurement.  Elle va entrer dans ses sentiments pendant qu’il souffre telle plaie, tel ennui, telle souffrance.  Elle va trouver moyen de passer des jours entiers à contempler son fils blessé!  Il n’y a que l’amour pour faire cela!  Eh bien, prenons tous les moyens déjà indiqués dans ces retraites et que nous connaissons par ailleurs pour exciter en nous le plus grand amour possible avec la grâce de Dieu pour Jésus souffrant.  C’est cette intelligence du coeur qui se développera en proportion que nous pratiquerons plus d’amour envers Jésus.  Elle est produite par le St-Esprit seul et non par notre industrie.  Une des conditions requises par le St-Esprit est que nous détruisions nos attaches aux créatures sans quoi nous n’aurons jamais l’intelligence des choses de Dieu, comme le dit St-Jean de la Croix.  Or les souffrances de Jésus contiennent la moelle pour ainsi dire de la sagesse divine.  Il faut donc nous débarrasser de nos attaches pour les comprendre surnaturellement.  Avis aux esprits pleins d’eux-mêmes, aux grands savants qui se confient dans leur savoir et aux autres qui ont des attaches comme les amateurs de sports, les fumeurs, joueurs de cartes, etc.  Jamais ils ne pénétreront les secrets de l’amour divin dans la passion de Jésus.  Aussi on ne voit pas ces gens affectionnés à tout ce qui concerne la passion de Jésus, ni à St-Paul qui proclame qu’il ne veut rien savoir que Jésus crucifié.  Ses épîtres sont pleines de la doctrine de la souffrance et de la nécessité pour nous tous de souffrir en union avec Jésus.  C’est pour cela que ces gens ne les goûtent pas du tout et ne les prêchent pas aux fidèles.  Je conseille donc à quiconque veut méditer sur un mystère de la passion de faire quelque sacrifice surtout d’une attache et il sera abondamment récompensé par Dieu.  Pour ceux qui ont bonne volonté, qui voudraient aimer Jésus davantage, que pour obtenir cette grâce ils essayent de méditer sur la passion de Jésus, qu’ils aient confiance, Dieu viendra au-devant d’eux pour les attirer à lui encore plus et malgré leur sécheresse ils trouveront grand profit spirituel à faire ces méditations.  Est-ce qu’il est plus dur pour nous de méditer ses souffrances que pour lui de les endurer?  Est-ce que vraiment nous voudrions jouir en les méditant?  Plus on éprouve de dégoût et d’ennui et plus nous ressemblons à Jésus durant son agonie.  Quand vous assistez un ami mourant est-ce que vous cherchez des consolations?  Plus on aime et plus on souffre avec lui.  Pourquoi en serait-il autrement avec Jésus?  C’est une vie concrète.
Qu’on ne vienne pas sur ce terrain simplement pour faire de l’intellectualisme au sujet de la passion de Jésus!  Nos philosophes sont aussi exposés à faire de l’«in se» ici que partout dans les dogmes.  Ordinairement ces prêtres vont exposer, analyser et comparer les différentes douleurs et les différentes souffrances de Jésus.  Surtout ils ont coutume d’aiguiller leurs considérations sur l’histoire.  Par exemple, ils vont donner l’origine du crucifiement chez les peuples, ou sur la flagellation, ou bien ils parlent de ce que Jésus a souffert en lui-même.  Mais justement la note pratique de la vie concrète manque.  Ils oublient d’insister sur l’absolue nécessité de reproduire dans notre propre vie la passion de Jésus.  J’ai entendu une fois un grand sermon du Vendredi saint à NotreDame de Montréal.  Le prédicateur a bien expliqué comment Jésus avait expié tous nos péchés avec grands détails, pas du tout nécessaires ni édifiants.  Je surveillais ce qu’il dirait de la nécessité pour nous d’expier à notre tour comme membre de Jésus-Christ nos péchés propres.  L’expiation de Jésus ne nous dispense pas du tout de notre propre expiation.  Simplement la sienne donne de la valeur à la nôtre!  Que Dieu ne recevrait pas sans cela.  Eh bien, c’était du protestantisme tout pur: Jésus avait si bien expié qu’il ne nous restait plus rien à expier.  Il aurait dû insister surtout devant les 10,000 personnes présentes sur la nécessité pour nous d’expier comme Jésus et avec Jésus.  Pas un mot de cette idée qui aurait donné de la vie concrète à sa doctrine.  Il est donc bien important de signaler ce truc du païen et du diable pour nous aiguiller sur des «in se» en Jésus et oublier les «in nobis» ou en nous de cette doctrine.  Il ne s’agit pas de discourir de la passion, mais de nous en faire vivre d’une façon pratique et concrète.  Il ne s’agit pas d’en avoir une science, mais de la faire entrer dans notre vie.  St-Paul ne dit pas que nous régnerons avec Jésus pourvu que nous parlions bien de la passion, mais pourvu que nous souffrions avec lui.
Un jour Jésus disait à Ste Angèle de Foligno qui pensait aimer Jésus.  «Toi, tu m’aimes pour rire mais moi je t’aime pour tout de bon; j’ai donné ma vie pour toi.» Il ne veut donc pas des mots, mais des actes.  Il ne couronne pas notre science, mais notre vie.  Dans les communautés combien de fois on entend des conférences sur la mortification, mais c’est une affaire entendue, à l’insu même de bons religieux, que notre devoir est accompli, quand on a entendu cette conférence et que le Père l’a donnée.  Il faut que partout on développe un esprit concret, pour d’abord soi-même pratiquer ce que nous pouvons de la passion, puis prêcher de façon à pousser les gens à réellement souffrir dans le concret les petites croix que Dieu leur envoie.  Comme nos catholiques sont impatients!  Comme ils se plaignent pour la moindre contrariété, pour la moindre souffrance!  Les prêtres et les religieux ne sont guère plus mortifiés.  On sauve souvent l’extérieur, mais comme on montre vite qu’on n’a jamais réfléchi sérieusement sur la nécessité de reproduire la passion de Jésus.  Que de jérémiades si les supérieurs sont chiches, méticuleux, exigeants tant soit peu.  Comme on parle vite de tyrannie, d’injustice et comme on écrit vite aux supérieurs majeurs pour se plaindre des supérieurs qui après tout n’exigent que ce que les inférieurs ont voué d’observer!  C’est donc qu’on n’a pas encore appris à aimer la passion qui est la source de tant d’amour pour nous.  La preuve est dans ce fait que Jésus ne donne pas la grâce de pénétrer la sagesse de la croix ni l’amour qu’il y a là.  C’est donc que ces gens ont bien peu d’amour de Dieu.  nécessité de l’expiation Voici une idée qui n’a pas assez d’importance dans la mentalité de tout chrétien; on oublie trop la condition de pécheur, qu’on naît déjà en révolte contre Dieu, par suite du péché originel et des péchés personnels dès l’âge de raison.  C’est tellement vrai que pas un seul ne pourrait aller au ciel sans l’expiation de Jésus.  Dieu ne veut donc pas de la nature humaine au ciel si elle est laissée à elle-même.  La justice divine a été offensée et il lui faut une expiation adéquate avant que la paix soit faite entre Dieu et les hommes.  Eh bien, c’est justement cette nature humaine que le Verbe a assumée dans l’union de personne de sorte qu’il se trouvait à prendre avec lui la culpabilité de cette nature et de plus il s’est offert en victime pour nos péchés personnels, de sorte qu’il porte sur lui tous les péchés du monde jusqu’à la fin des temps.  Or le péché est en abomination devant Dieu et rien de souillé ne peut entrer dans le ciel avant que la justice divine ne soit satisfaite.  Voilà le rôle de Jésus!  Victime pour les péchés du monde et il le sera jusqu’à sa mort inclusivement.  L’expiation est donc le fond de la vie de Jésus; la colère de Dieu est sur lui et dans tous les détails de sa vie la justice de Dieu se fait sentir à lui.  Il mène l’existence d’un condamné à mort.  Supposons qu’un homme est condamné à être pendu dans trois mois et qu’on le laisse libre de circuler dans le monde.  Comme cet homme porterait la marque de sa condamnation dans sa figure et dans tous ses actes!  Un voile de tristesse couvrirait sa figure et toute sa vie serait imprégnée d’un sérieux profond.  Les joies du monde le laisseraient froid; on ne le verrait jamais rire, mais souvent pleurer.  Il aimerait la solitude et il réfléchirait souvent sur la brièveté de la vie.  Voilà la condition de Jésus et le fond de son âme pendant sa vie mortelle; il est victime pour être immolé sur la croix après les autres tortures de sa passion… et Jésus a toutes ces souffrances devant son esprit nuit et jour.  On doit mieux comprendre l’extraordinaire sérieux de sa vie.  On ne l’a jamais vu rire, jamais badiner, jamais chanter ni se livrer à aucune réjouissance même permise, pour le plaisir.  Combien de prêtres, de religieux et de fidèles ont bien saisi cet aspect de la vie de Jésus?  Ce n’est pas un point de vue libre et accidentel; il est essentiel pour le Rédempteur dans les conditions de la nature déchue actuelle.  C’est l’affection aux choses créées qui a été la cause du péché, aussi comprend-on qu’il prenne le point de vue théologique sur l’usage des créatures et qu’il les regarde comme du fumier et donc qu’il les rejette absolument loin de lui.  Il ne s’est jamais laissé aller à en jouir en disant: Il n’y a pas de mal «en soi».  Jamais il n’a considéré les créatures comme du dessert, pour jouir, même sans péché.

On voit combien de philosophes de la théologie sont à cent lieues de la mentalité de Jésus.  Ils n’ont jamais rencontré l’expiation dans leurs raisonnements philosophiques des «in se».  Aussi comme le clergé et les fidèles sont loin de faire l’expiation dans leur vie pour suivre Jésus!  Ils peuvent en parler, mais ils n’en veulent pas dans le concret.  Leur seule pénitence est d’éviter ce qui est défendu sous peine de péché.  Ce n’est pas seulement cela que Jésus a fait; il a fui tous les amusements: par esprit de pénitence.  Il n’a jamais encouragé ni par sa vie ni par sa doctrine les jouissances même permises, mais partout et toujours il a prêché l’abstention le plus possible et le sacrifice de tout le créé afin d’expier et de mériter le ciel.  Les premiers chrétiens s’abstenaient de tout plaisir même permis, pénétrés qu’ils étaient de cet esprit d’expiation que les Apôtres leur avaient inculqué à l’exemple du Sauveur.  Comme les fidèles en général sont loin de cet esprit de Jésus!  Ils sont tous aux jouissances sensibles; c’est leur sujet de conversation du matin au soir, c’est leur principale occupation de l’année. 
Non seulement ils suivent les plaisirs autour d’eux, mais avec les inventions modernes ils suivent à la radio ou dans les journaux tous les sports du pays, connaissent les joueurs, les acteurs et les actrices, vont aux vues le plus possible comme aux théâtres, etc.  C’est le cri général: amusons-nous!… et des milliers de prêtres et de religieux sont à la page, sont de leur temps!  Ils ont les pieds sur la terre, vivent dans le luxe et cultivent des attaches pour jouir du matin au soir d’une façon ou d’une autre.  Comme tout ce monde est immensément loin de la vie de Jésus!  Ils veulent contenter leur animal et Jésus le châtie du matin au soir!  Ils ne parlent que de danses, de banquets, de soirées et de mets délicieux… et Jésus parle de jeûne, de prière, de veille, de sacrifice, de fouet, de couronne d’épines et de la croix.  Il est à l’antipode des gens jouisseurs qui ne surveillent que le péché mortel et qui jouissent de tout le reste tant qu’ils peuvent.  La mort ne fait qu’immortaliser la mentalité; l’amour.  Est-ce surprenant que Jésus dise que les élus sont le petit nombre?  Il n’y a de salut que dans la croix de Jésus.  Donc seuls ceux qui aiment la croix et qui l’acceptent en union avec Jésus seront sauvés.  On voit l’immense besoin que nous avons tous de méditer sur les mystères douloureux de Jésus.  C’est là que nous saisirons cet esprit d’expiation qui suinte à travers tous les actes de Jésus.  Heureux ceux qui auront la grâce de le comprendre et de le faire entrer dans la pratique de leur vie.  Il faut absolument que les chrétiens abjurent cet esprit frivole qui veut jouir même dans les choses permises, pour prendre l’esprit de Jésus qui pousse au sacrifice de tous les plaisirs autant que possible, par esprit de pénitence pour expier nos péchés en union avec la passion de Jésus.  Ce n’est pas une question de permis ou de défendu comme les philosophes prêchent partout, mais c’est une question de sacrifier tout le créé autant que possible et pour expier nos péchés et pour acheter le ciel en plus.  Voilà ce que Jésus et les Apôtres ont prêché et tous les prêtres du monde devraient faire de même.  Au lieu de chercher des arguments pour favoriser le plus possible les jouissances, tout prêtre qui a l’esprit de Jésus en cherchera pour pousser les gens au sacrifice le plus possible… et qu’on commence tout de suite.
Descente à gethsémani
Le dernier repas fini, Jésus quitte le Cénacle avec ses disciples et s’en va à Gethsémani.  En 1938 Dieu m’a fait l’insigne honneur et faveur de passer un mois à Jérusalem et durant la semaine sainte nous avons suivi les offices de la passion aux endroits où Jésus les a faits.  Le jeudi saint au soir, après avoir visité le Cénacle avec sa voûte unique au monde avec ses arcades et ses nombreuses colonnes, une procession de quelques milliers de fidèles de toutes les races s’organisa avec quatre évêques en tête et nous longeons la crête du plateau où se trouve bâti le temple ou plutôt son enclos, puisque le temple n’existe plus.  Aux pieds des murs il y a une lisière de terrain d’une dizaine de pieds en largeur qui se termine avec la vallée de Josaphat au fond de laquelle coule le Cédron.  Il fait un beau clair de lune qui descend du haut de la montagne des Oliviers, avec ses flancs couverts de vieux cimetières; c’est la solitude parfaite.  Le silence n’est rompu que par quelques chiens qui aboient au loin en voyant cette procession défiler le long des murs de la ville.  Dire que Jésus avec son petit nombre d’Apôtres a fait ce chemin comme nous ce soir par une belle nuit silencieuse en leur faisant ses dernières recommandations et ses dernières confidences sans qu’ils puissent en voir la portée en ce moment.  Qu’ils font pitié sans les dons du Saint-Esprit!  l’image de la masse de nos chrétiens de nos jours!  Au bout du grand mur nous descendons la pente du Mont Moriah où se trouve bâtie la Mosquée qui remplace le temple et nous traversons un vieux pont au-dessus du Cédron, puis nous remontons un peu la pente du mont des Oliviers et voici le jardin où Jésus entre avec ses disciples.  J’avais déjà passé toute une matinée dans ce jardin où il y a encore beaucoup d’oliviers.  Dans le jardin des Franciscains tout près il y a quelques troncs d’oliviers qui ont dans les 8 à 10 pieds de diamètre et qu’on estime pour cela avoir facilement 19 siècles et donc ils étaient du temps de Jésus.  En tout cas c’est un endroit idéal pour prier.  On n’est pas loin de la ville qui est là au-dessus de nous, en arrière de ses grands murs au sommet du Moriah et de l’autre côté on a le mont des Oliviers, inhabité de sorte qu’on est parfaitement isolé.  Que Dieu soit béni de cette matinée à Gethsémani!  A l’entrée Jésus laisse ses disciples et prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, les trois témoins de sa transfiguration sur le Thabor.  Ces trois-là ne devraient pas être scandalisés de voir son état de faiblesse qu’il va montrer à l’instant.  Il leur dit de veiller et de prier afin de ne pas tomber en tentation.  Puis il leur dit qu’il est triste à en mourir!  Il a peur, il tremble.  Jamais il n’avait fléchi devant aucun danger.  Il avait invité tous ceux qui sont chargés et qui faiblissent sous le fardeau de venir à lui et qu’il les soulagerait et voici qu’il s’affaisse lui-même sous le poids de sa douleur.
Tristesse de Jésus.  Jésus veut nous montrer qu’il a la même nature que nous, qu’il peut souffrir comme nous et qu’il a peur de la souffrance comme nous.  Il veut nous mériter la force pour endurer nos croix que son amour nous prépare pour ressembler à Jésus.  Il vient après une heure pour chercher de la consolation auprès des disciples, mais ils dorment!  Il a beau les réveiller, les gronder, ils dorment encore!  Quand nous aurons notre agonie aussi, Jésus veut nous montrer l’inutilité de chercher des consolateurs.  Dans l’épreuve nous resterons seuls comme Jésus.  Ne perdons pa notre temps pour en trouver!  Dieu ne veut pas que nous en ayons; il veut que nous souffrions seuls comme Jésus a souffert.  Il veut l’amertume du coeur, parce que c’est l’expiation de nos péchés qu’il exige.  On peut se faire une idée de ce qui se passait dans l’âme de Jésus par ce que les prophètes en disent.  Les Evangélistes racontent les actes extérieurs de la vie de Jésus, mais les prophètes révèlent les sentiments de son âme.  En elle se résume tous les gémissements de la nature humaine, les prières de cette nature dans toutes les tribulations que l’humanité souffre au cours des âges.  C’est pourquoi le Saint-Esprit les a révélées aux prophètes afin de nous les faire connaître pour que nous puissions nous en servir à l’occasion quand nous passerons par les mêmes épreuves.  Voici donc ce que le prophète David dit au Psaume 30e:
«Sauve-moi, ô Dieu, car les eaux montent jusqu’à mon âme.  Je suis enfoncé dans une fange profonde et il n’y a pas où poser le pied.  Je suis tombé dans un gouffre d’eau et les flots me submergent.  Je m’épuise à crier, mon gosier est en feu, mes yeux se consument dans l’attente de mon Dieu.  Ils sont plus nombreux que les cheveux de ma tête ceux qui me haïssent sans cause; ils sont puissants ceux qui veulent me perdre, qui sont, sans raison, mes ennemis… Car c’est pour toi que je porte l’opprobre, que la honte couvre mon visage.  Je suis devenu un étranger pour mes frères et moi je t’adresse ma prière.  Yahweh, retire-moi de la boue et que je n’y reste plus enfoncé, que je sois délivré de mes ennemis et des eaux profondes.  Que les flots ne me submergent pas, que l’abîme ne m’engloutisse pas, que la fosse ne se ferme pas sur moi.  Je suis dans l’angoisse, hâte-toi de m’exaucer!»
Seuls ceux qui ont souffert pour l’amour de Dieu peuvent se faire une idée de l’agonie de Jésus; c’est le petit nombre.  Combien vont commettre des péchés pour en sortir ou pour éviter les souffrances!  Combien de jeunes mères voient venir avec effroi le retour de leurs douleurs affreuses!  Eh bien, qu’elles craignent, qu’elles tremblent!  qu’elles se lamentent!  mais qu’elles ajoutent comme Jésus: «Votre volonté, mon Dieu, soit faite et non la mienne!» Une autre est mariée à un sans coeur qui n’apporte rien à la maison pour sa famille et qui exige son droit impitoyablement.  Eh bien, qu’elle endure avec Jésus!  Qu’elle porte sa croix et ses croix en pleurant, en se lamentant, mais en faisant la volonté de Dieu.  Un autre perd sa fortune et se voit dans la nécessité de descendre au rang des pauvres.  C’est pénible, sa famille se lamente, la honte lui couvre la figure, ils n’ose plus regarder le monde en face.  Eh bien, qu’il endure tout cela et qu’il devienne pauvre et perde tout en ce monde pour le récolter en l’autre.  Son Maître a passé par là avant lui; qu’il le suive en esprit de foi.  Un autre vit avec un supérieur malcommode, exigeant, etc.  qu’il endure et qu’il pleure s’il faut pleurer, mais qu’il porte sa croix en union avec Jésus.  Un autre ne trouve pas à se marier et se sent terriblement tenté; qu’il souffre cette privation, qu’il prie de tout son coeur, qu’il gémisse devant Dieu s’il le faut, mais qu’il endure sans aucun péché pour faire la volonté de Dieu qui ne fait pas la sienne.  Voilà ce que tout chrétien doit prendre dans cette méditation de l’agonie de Jésus; qu’il endure n’importe quelle souffrance plutôt que d’offenser Dieu.  Il peut se plaindre à Dieu et pleurer, mais qu’il endure son mal pour l’amour de Dieu.  Que l’on commence par endurer les petites contrariétés de chaque jour, ces petits coups d’épingles qui exercent la vertu de patience et qui attirent des grâces pour endurer les vraies croix de la vie.  Ce sont des échantillons de la passion de Jésus.  Expier est une condition essentielle à la vie humaine dans l’état de nature déchue où nous sommes tous.  Donc endurer aussi est une note essentielle de la perfection de chrétienne à laquelle tous sont tenus.  Les prêtres, les parents et les maîtres devraient avoir ce refrain constamment à la bouche pour le servir à tous ceux qui s’impatientent, qui critiquent et disputent contre les autres.  Endurer, c’est la loi de Dieu!  C’est la leçon de notre Sauveur.  Endurer, c’est un élément de vie de tout chrétien!  Qu’on se l’imprime profondément dans le coeur!
La Prière de Jésus était intimement liée à sa tristesse.  Nous les séparons pour mieux les méditer, mais dans le concret elles étaient unies en Jésus.  L’Evangéliste nous dit ce qu’il demandait et qu’il disait toujours la même chose: «Mon Père, que ce calice s’éloigne de moi, néanmoins que votre volonté se fasse et non la mienne!» Sa nature humaine a tellement peur que Dieu demande à Dieu de lui épargner le crucifiement; voilà le cri de la nature, mais le divin ajoute tout de suite: «que votre volonté se fasse et non la mienne.» Il prie à genoux et la face contre terre, donc dans un sentiment de grande humilité.  C’est là qu’il se présente surtout comme couvert des péchés du monde; voilà pourquoi il a honte et se prosterne la face contre terre.  Il dit la même chose parce qu’il ne veut qu’une chose dans le moment: éviter sa passion.  La prière ne consiste pas dans les mots, mais dans l’élévation de l’âme vers Dieu, pour le glorifier, soit pour lui demander des faveurs.  Le mieux est donc de se décider à vouloir une chose en particulier et d’y mettre tout son coeur.  Quand un journalier va demander une position ou de l’ouvrage, il dit carrément ce qu’il veut, il l’appuie peut-être sur quelques arguments, mais c’est de l’ouvrage qu’il veut.  Si le patron ne répond pas ou semble distrait, ou s’en va, le journalier continuera de lui demander de l’ouvrage.  Voilà ce que nous devrions faire.  Le malheur est que peu de chrétiens tiennent à éviter le péché à tout prix et à faire la volonté du bon Dieu en tout.  Mais c’est cela qu’ils devraient demander de tout leur coeur tant qu’ils pèchent et même après pour ne plus pécher Qu’ils demandent aussi de progresser dans la vertu, de se laisser conduire par les dons du St-Esprit, etc.  etc.  Qu’on ne prie pas si on a rien à demander!  Combien demandent cinquante choses d’une manière distraite ou par routine ou parce qu’ils les trouvent dans un livre: les livres prient, mais pas le coeur.  Aussi ces prières restent sans effet.  Que de pécheurs n’ont jamais demandé sérieusement à Dieu la grâce de ne plus l’offenser!  Que de bons chrétiens ne savent pas demander la sainteté dans toute la force du mot!  Comme la plupart n’ont rien à demander dans l’ordre surnaturel, ils dorment comme les disciples.
Sa prière a toutes les qualités pour être exaucée: elle est solitaire dans un jardin où rien ne le distrait et il parle directement à son Père.  Elle est sincère: il y met toute son âme.  Et le sang de son corps qui coule à terre dans cette sueur de sang montre la lutte terrible qui se fait en lui.  Elle est humble, il prie la face contre terre et comme anéanti devant Dieu.  Elle est résignée: il accepte d’avance ce que son Père va décider.  Elle est persévérante: il prie pendant trois heures, disant la même chose!
Quel mystère que la plus parfaite prière au monde ait été refusée!  Le cri de sa nature humaine n’a pas été entendu.  La justice divine doit être d’abord satisfaite.  C’est le châtiment qu’il faut d’abord.  Que tous nos philosophes qui ne veulent plus parler de la justice divine réfléchissent sur la conduite de Dieu envers Jésus!  Or Jésus nous dit que si le bois vert est traité de la sorte que ne fera-ton pas au bois sec?  Quelle sottise alors que de ne parler que de la miséricorde divine aux vrais pécheurs!  De fait sa prière a été exaucée, car son humanité était tellement unie à la volonté de Dieu qu’elle voulait d’avance ce que Dieu voulait.  Ce qu’on peut dire, c’est que les répugnances de sa nature humaine n’ont pas été écoutées, mais sa volonté humaine a été exaucée.  L’Agonie de Jésus consiste dans la lutte intérieure entre les répugnances de sa nature humaine et sa nécessité de faire la volonté divine.  Toutes les luttes de tous les hommes entre le mal et le bien sont comme concentrées en Jésus; il les prend toutes sur lui afin de nous mériter la grâce de combattre la nature avec ses tendances aux jouissances défendues comme lui le fait dans son agonie, pas pour lui-même mais pour nous.  L’extrême angoisse que Jésus ressent produit une sueur de sang si abondante qu’elle coule jusqu’à terre.  Qui peut mesurer une telle douleur?  Probablement la cause de sa plus grande douleur est de se voir l’objet de la colère de son Père.  Les saints qui ont eu quelque lumière spéciale pour mieux comprendre la sainteté de Dieu disent que c’est un tourment extraordinaire de voir que Dieu est mécontent de leur péché.  Combien plus pour Jésus!
Jésus voit aussi l’inutilité de sa passion pour un grand nombre qui ne voudront pas en profiter pour leur salut éternel. 
Comme une mère qui aime ardemment son fils souffre quand il est méchant pour elle et qu’il lui montre son mépris.  Ce n’est qu’un échantillon de ce que Jésus ressent pour ses enfants qu’il a créés et qu’il rachète par son sang.  Surtout il voit l’insouciance des prêtres et des religieux.  Jésus s’est plaint à Ste-Marguerite-Marie de l’indifférence des âmes qui lui sont consacrées.  Que tous ceux qui rencontrent de l’ingratitude chez les autres unissent leur déception à celle de Jésus.  Il souffre l’angoisse devant tous les affreux tourments qu’il voit venir pour lui dans quelques heures.  Il a tout ce qu’il faut en lui pour les sentir comme s’ils étaient présents.  Dieu nous donne parfois une appréhension d’un malheur qui va fondre sur nous; nous en souffrons comme s’il était déjà sur nous.  Pour Jésus, ce n’est pas seulement une appréhension, c’est la connaissance claire et certaine de tout ce qui s’en vient pour lui!  Après ses trois heures d’agonie Dieu lui envoie un ange pour le fortifier… pour qu’il endure sa passion, mais pas pour lui épargner la croix.  Quelle bénédiction pour nous que cette grâce pour endurer sa croix!  Dieu fera ainsi souvent; quand nous demanderons de ne pas souffrir telle chose, Dieu enverra sa grâce pour nous faire accepter ce sacrifice en union avec le sacrifice de Jésus. 
Sommeil des apôtres
Quelle triste figure ils font dans ce moment si solennel de la vie de Jésus!  Depuis trois ans qu’ils ont tout quitté pour l’amour de Lui; il y a quelques jours et quelques heures ils protestaient qu’ils étaient prêts à mourir avec lui et pour lui et voilà qu’ils ne peuvent même pas veiller une heure avec lui!  C’est ce que Jésus reproche à Pierre en l’appelant de son nom païen, puisqu’il agit comme un païen: «Simon, tu ne peux pas veiller une heure avec moi!» Et il était prêt à se battre contre une armée pour défendre Jésus!  Ils ont voulu se servir de l’épée contre ses ennemis, mais Jésus ne leur permit pas.  C’est que dans le surnaturel les armes sont la prière, les veilles et le jeûne.  Aussi parce qu’ils n’ont pas prié, ils ont tous fui et Pierre le renia trois fois.  Nous avons en nous-mêmes les ennemis du surnaturel: l’amour des créatures et l’amour de soi.  Le monde et les démons ne font que les exploiter à leur profit.  Ce sont leurs armes contre nous.  Voilà pourquoi Dieu nous recommande si souvent la mortification et le renoncement à soi-même.
En plus il faut la prière: «Veillez et priez afin de ne pas tomber dans la tentation.» Les Apôtres ne l’ont pas fait et ils ont fui de Jésus durant ses épreuves.  Pour l’activité extérieure ils étaient là.  Mais pour l’activité de l’âme dans les choses surnaturelles, ils n’y sont pas du tout.  Que de prêtres font comme eux; ils peuvent passer les 24 heures dans des organisations pour la gloire de Dieu, disent-ils.  Mais ils ne sont pas capables de passer une heure d’adoration devant le T.S.S., ce qui donnerait de l’efficacité à leur travail extérieur.  Ce sont des gens qui comptent plus sur eux-mêmes que sur le bon Dieu.  Quand on sait que tout le bien vient de Dieu, on va le demander dans la prière et dans sa propre sanctification.  Sans Dieu on ne peut rien!  Quand on est convaincu de cette vérité, on passe autant de temps à supplier Dieu de bénir ses travaux qu’à les faire extérieurement.  Plus on se démène et moins Dieu aide, si la prière n’accompagne pas cette activité extérieure.  Cette méditation est très utile pour tout chrétien qui veut suivre Jésus en ce monde et en l’autre.  Comme pécheurs nous avons tous à expier nos péchés et déjà nous avons mérité toutes les souffrances qui peuvent venir en ce monde.  Par conséquent l’expiation doit être l’élément nécessaire dans notre vie.  Mais cela est extrêmement pénible à la nature; donc il faut endurer constamment des douleurs et des souffrances d’une façon ou d’une autre.  Eh bien, Jésus est notre modèle dans son agonie. 
Faisons exactement comme lui là et nous vaincrons les démons et toutes nos passions.  Nous devrions méditer sur l’agonie de Jésus très souvent et nous y penserions si nous avions le courage de souffrir les croix que Dieu nous envoie au jour le jour.  Au lieu de critiquer, de se plaindre, allons donc faire une visite à Gethsémani et voyons ce que notre Sauveur endure pour nos péchés.  Alors nous serons plus courageux pour endurer nos souffrances et nos contrariétés.  Demandons à la Ste Vierge de nous obtenir l’amour des croix afin d’obtenir l’amour de Jésus attaché à la croix.  Elle aussi a eu son agonie; elle sait ce que Jésus a enduré.  Qu’elle nous obtienne ses sentiments au sujet de l’agonie de Jésus et de la sienne.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire