« C'est une grande chose d'avoir, au sein même de l'Église catholique, la foi dans son intégrité »
-Saint Augustin

« L'ignorance est notre pire ennemi. »
-Saint Pie X

« La vérité vous rendra libre »
-Jean 8, 32

mercredi 12 février 2014

Lettre de Marc Winckler à Jean Vaquié

« Cher Monsieur,
 
C’est bien volontiers que je réponds à votre demande. La plupart des prêtres auxquels j’ai fait part de mon témoignage m’ont aimablement répondu qu’ils ne me croyaient pas. Tant pis pour eux.
J’étais interprète à l’État-Major [du Maréchal] Juin en Italie (1944-1945) et avais été invité à me joindre au « groupe d’amitié du patriarcat romain » dont l’aumônier, Mgr Sergio Pignedoli (fait cardinal par Paul VI et un moment en balance avec Luciani, après la mort du dit Paul VI)  travaillait à préparer les esprits des princes à un changement d’orientation. De fait quelques-uns devinrent francs-maçons, tel Giulio Sacchi actuellement gouverneur de la Cité du Vatican. Mon nom m’ayant fait passer pour juif (car plusieurs familles juives l’ont adopté pour passer  inaperçues) j’ai été invité à assister à la 1° réunion d’après-fascisme de la « haute juiverie » romaine. Après quoi les marranes du Vatican m’ont présenté à Montini, juif par sa mère  convertie à l’occasion de son mariage, et aussi par sa famille paternelle (cf. « Livre d’Or » de la noblesse italienne)). Pignedoli, intime de Montini (il devint son coadjuteur à Milan) fut chargé par lui de me sonder et de me préparer à devenir son correspondant à Paris. C’est le 2 janvier 45 à l’occasion d’une réception que je fus présenté par Pignedoli au Prince di Napoli-Rampolla, petit-neveu du Cardinal et vénérable de la loge maçonnique Rampolla, filiale de la loge de Zurich de l’ « Ordo Templi Orientis » à laquelle appartenaient tant le Cardinal Rampolla que son successeur Gasparri. Montini que tout prédisposait à être pris en main par la maçonnerie, non seulement par sa famille, mais par ses mœurs spéciales (nombreux scandales étouffés), entra au Secrétariat d’État sous Gasparri. Son affiliation à la loge Rampolla m’a été clairement affirmée par Pignedoli, qui en était membre et souhaitait que j’y sois initié. La future élection de Montini, le changement d’orientation de l’Église, l’ouverture au monde, la démocratisation et la soviétisation des structures, l’œcuménisme, tout cela m’a été dit, d’une voix un peu altérée, mais sans trop de détours, tandis que nous nous rendions à pied chez le Prince de Naples, dignitaire d’autre part de l’Ordre de Malte où les FM se sont infiltrés nombreux depuis le XVIII siècle.
 
Il y aurait encore beaucoup à dire sur Montini, mais l’essentiel est là. Ce nouvel « Anaclet II » n’ayant pas eu de St Bernard pour le dénoncer, ni de Chrétienté pour le combattre, a pu appliquer impunément (ici-bas) le plan de l’Antéchrist. Je vous certifie ce témoignage au pied du tabernacle (la chapelle est au-dessus de mon bureau) pour l’honneur de la Vérité ; et je vous prie de croire, cher monsieur, à mon meilleur dévouement ».
 
Marco Winckler (24 avril 1982)
PS : N’ayant pas donné suite aux propositions de Montini et de Pignedoli, Montini chargea Maritain, alors ambassadeur auprès du Saint-Siège (grâce au misérable G. Bidault) d’intervenir auprès de mon général (Le Coulteux de Caumont) pour me renvoyer en France…
 
Source : La voix des Francs Catholiques, n°21, juillet 2011

Aucun commentaire:

Publier un commentaire