« C'est une grande chose d'avoir, au sein même de l'Église catholique, la foi dans son intégrité »
-Saint Augustin

« L'ignorance est notre pire ennemi. »
-Saint Pie X

« La vérité vous rendra libre »
-Jean 8, 32

mardi 30 décembre 2014

Père Onésime Lacouture - 1-20 - Le péché

http://www.gloria.tv/media/u2bpG7ETv5G

DIX-HUITIÈME INSTRUCTION LE PÉCHÉ.

«Celui qui commet le péché est du diable.» 1 Jean, 3-8.

Plan Notion difficile (De notre fin dernière On connaît sa malice en fonction: (Des échantillons (De ses châtiment Revue de ses péchés personnels Adieu au péché!  

NOTION DIFFICILE Rien de plus commun au monde que le péché; cependant rien de moins connu!  Comme il offense Dieu invisible et si peu connu, les fidèles connaissent bien peu sa malice.  On voit tant de gens le commettre, en parler et même s’en vanter qu’on finit par le regarder comme une affaire toute ordinaire.  De plus, à cause de la difficulté d’y résister, on finit par en prendre son parti; l’un accuse la faiblesse de la nature, l’autre la force des passions et l’ensorcellement des créatures; bref, on se résigne en disant c’est la vie du monde!  Il n’y a rien à faire!  Et l’on continue de pécher!  Il y a beaucoup de vrai en cela!  Nos gens vivent tellement dans le naturel et de naturel que de fait ils ne sont pas capables d’éviter les péchés quand ils sont tentés.  Leur maison est bâtie sur le sable, elle ne peut pas résister aux torrents des passions!  Les prêtres les laissent dans le naturel dans leurs rapports avec toutes les choses permises et bonnes en soi, mais bonnes à rien pour les préserver des chutes dans les tentations inévitables pour tout chrétien.  Tant que les prêtres laissent les fidèles, les pécheurs dans le naturel des affections bonnes en soi et des motifs naturels qui jaillissent de là, toute leur prédication contre le péché est vaine.  C’est comme rebâtir la maison tombée sur le même sable; elle va s’écrouler encore à la prochaine tempête.

C’est inutile aussi de leur dire qu’ils se ravalent au rang des animaux; ils trouvent ces plaisirs aussi naturels que de manger et ils le sont de fait.  C’est aussi naturel de propager l’animal que de le nourrir.  La défense de Dieu ne change pas la tendance naturelle qu’il a mise lui-même dans l’homme et ces «naturels» vivent trop loin de Dieu pour être affectés par la défense faite par Dieu.  Nous n’arriverons jamais à préserver les hommes du péché en raisonnant avec eux sur le plan naturel.  Tous les prêtres devraient se rappeler que Jésus dit que notre victoire sur le monde viendra de la foi.  Allons donc chercher dans la foi nos arguments pour lutter contre le péché.  En effet, comme c’est Dieu qui est offensé, c’est lui qui peut mieux juger de la malice du péché.  Essayons donc de nous mettre à son point de vue pour la juger comme lui, en autant que nous le pouvons avec l’aide de la lumière divine.  Évidemment les pécheurs, tout aux choses du monde et de l’animal, resteront froids devant ces considérations de leur fin dernière dans ce monde surnaturel qui les attire si peu, mais tout de même, c’est selon le plan divin et ils ont des chances que le St Esprit les éclaire de sa lumière divine et touche leur coeur de contrition.  on connaît sa malice en fonction… 1.- De notre fin dernière ou destinée surnaturelle.  Quand on rencontre un homme écarté de son chemin, comment lui faire apprécier son écart, sinon en lui indiquant la direction de la ville où il voulait aller.  Eh bien!  n’est-ce pas le meilleur moyen aussi de montrer aux pécheurs leur écart en leur indiquant leur destinée surnaturelle qu’ils doivent atteindre?  C’est la tactique de St Ignace qui met le pécheur tout de suite dans le fondement en face de sa fin dernière et des moyens pour y arriver, afin qu’il comprenne mieux son extrême misère de s’en être éloigné.  Non seulement nous sommes destinés à aller voir Dieu au ciel, mais même à participer à la vie intime de la Trinité en proportion que nous reproduisons la vie de l’humanité de Jésus dans notre union avec J.C.  Dieu nous invite donc à son propre bonheur éternel.  C’est pour nous faire commencer cette vie tout de suite dans la foi et dans la grâce que la Trinité vient habiter en nous par la grâce sanctifiante.  En proportion que nous en aurons de cette vie divine à l’heure de la mort, nous en aurons au ciel dans la gloire de la vision béatifique.  Pour intéresser les pécheurs qui peuvent rester froids devant cette fin trop sublime pour eux, qu’ils se servent justement des plaisirs sensibles qu’ils aiment tant actuellement pour monter jusque-là.  Précisément parce qu’ils apprécient tant ces plaisirs, qu’ils réfléchissent un peu que ces plaisirs ne sont que de bien faibles échantillons des plaisirs célestes.  Puisqu’ils les aiment tant qu’ils s’arrangent donc pour en avoir éternellement.  Or il n’y a qu’au ciel qu’ils pourront en avoir et d’incomparablement plus parfaits que ceux de la terre.  Dès qu’ils lèveront les yeux tant soit peu vers le ciel, ils sont sûrs de recevoir quelque grâce pour les attirer à ce bonheur céleste et donc de les détacher des plaisirs terrestres.  Les Apôtres mettaient cette fin dernière constamment devant les yeux des fidèles afin de les obliger à vivre selon les exigences de cette vie divine qui doit être la nôtre un jour.  Dans sa première épître St Pierre nous met en face de notre sublime destinée pour nous obliger à vivre en conséquence.  «Béni soit le Père de N.S.J.C., qui selon sa grande miséricorde nous a régénérés en une vive espérance, par la résurrection de J.C.  d’entre les morts.  Pour un héritage incorruptible, pur, immortel qui vous est réservé dans les cieux.» Puis il insiste sur la nécessité de commencer tout de suite.  «Mais comme celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute la conduite de votre vie, selon qu’il est écrit: vous serez saints parce que je suis saint.»

1 Jean, 5-9: «Celui qui est né de Dieu ne commet pas le péché, car la semence de Dieu est en lui et il ne peut pécher.» Évidemment dans le sens qu’il ne doit jamais pécher.  Son idée est: comment un enfant de Dieu peut-il offenser son Père céleste?  Si ce chrétien était convaincu de la sublimité de son état d’être participant de la nature divine, il aimerait tellement son Père qu’il ne l’offenserait plus jamais.  Et Jean insiste souvent sur l’amour que nous devons à Dieu parce qu’il nous appelle à sa propre vie divine au ciel.  C’est qu’alors le St Esprit peut agir puissamment dans les âmes qui s’élèvent par la pensée au moins jusqu’à cette destinée sublime.  St Paul aussi met souvent les fidèles en face de leur sublime fin surnaturelle.  Il commence son épître aux Éphésiens comme St Pierre: «Béni soit le Dieu et Père de N.S.J.C., qui nous a comblés en J.C.  de toutes sortes de bénédictions spirituelles et de biens célestes.  De même qu’en lui, il nous a choisis avant la création du monde afin que nous fussions saints et sans tache en sa présence par la charité et qui nous a prédestinés à l’adoption de ses enfants par J.C.  en union avec lui, selon le dessein de sa volonté… qu’il éclaire les yeux de votre coeur, afin que vous sachiez quelle est l’espérance à laquelle il vous a appelés, quelles sont les richesses et la gloire de l’héritage qu’il destine aux saints.»

Voilà où les Apôtres allaient chercher leurs arguments pour exhorter les fidèles à vivre saintement comme des enfants de Dieu qu’ils sont réellement.  C’est autrement efficace que d’aller en chercher en enfer ou dans le péché ou dans la vie animale.  C’est de là que nous viennent toutes les grâces, c’est le milieu où le St Esprit agit.  C’est là le monde de la foi qui va nous donner la victoire sur le monde.  Plus on remplira l’esprit des fidèles de la sublimité de leur destinée surnaturelle et moins ils pècheront.  N’est-ce pas que plus un homme admire sa femme, moins il est exposé à en chercher d’autres?  Eh bien!  plus nos fidèles seront remplis des grandeurs du bonheur qui les attend au ciel et moins ils seront attirés par les échantillons et moins ils pécheront.  Les Pères de l’Église ont imité les Apôtres dans ce genre de prédication; ils sont allés surtout dans la fin dernière des chrétiens pour leur fournir des arguments de vivre saintement, et donc d’éviter les péchés.  Il est grand temps que les prêtres reviennent à ces idées pour sanctifier les fidèles.  2.- Des échantillons.  Car c’est par leur attrait qu’on pèche contre Dieu; c’est donc en exploitant ces attraits que nous comprendrons mieux l’offense que l’on fait à Dieu en s’attachant à des échantillons.  Nous allons utiliser cette idée que les échantillons sont la monnaie pour acheter Dieu.  Plus on sacrifie pour acheter Dieu et plus on aura de peine de le perdre.  Quand on perd un objet, n’est-ce pas que la peine est en proportion du prix qu’on a payé cet objet?  On comprend que seuls les bons chrétiens mortifiés et renoncés sont en mesure de mesurer la grandeur d’une offense mortelle contre Dieu.  Comment les mondains qui n’ont jamais rien payé pour

Dieu peuvent-ils être vraiment peinés quand ils perdent Dieu par un péché mortel?  Tandis que ceux qui ont sacrifié beaucoup de plaisirs pour posséder Dieu sont navrés de l’avoir perdu sottement pour un simple plaisir passager.  En Alaska un jour, un mineur voit un jeune Esquimau jouer avec une pépite d’or valant plusieurs dollars.  Il offre 25 cts à l’enfant qui est content de la vendre pour ce prix.  Il l’appéciait en fonction de ces sous avec lesquels il avait déjà acheté des bonbons.  Les pécheurs sont aussi gogos et ignorants que cet Esquimau; ils vendent Dieu, la source infinie de tous les biens, pour quelques échantillons qui ne valent que quelques sous, en comparaison de Dieu.  C’est qu’ils n’ont jamais goûté le plaisir divin de sacrifier un plaisir terrestre pour l’amour de Dieu.  Aussi après leur péché mortel, on les voit s’amuser comme avant, dormir sur leurs deux oreilles, en paix, comme si rien n’était!!!  Comme celui qui perdrait un paletot de $500.00 repasserait dans son esprit tous ces billets de banque qu’il a donnés pour l’acheter et qu’il en aurait une grande peine, ainsi celui qui perd Dieu par un péché mortel repasse dans son esprit tous les sacrifices qu’il a déjà faits pour gagner Dieu et il en conçoit une grande peine, et il comprend mieux la malice du péché qui le prive de Dieu pour l’éternité s’il meurt dans cet état.  Plusieurs chrétiens disent qu’ils estiment Dieu dans leur esprit et qu’ils le veulent un jour au ciel.  Mais tant qu’ils ne feront pas de sacrifices pour l’amour de lui, ils agissent comme cet homme qui voit un beau paletot dans une vitrine, qui l’estime et qui voudrait bien l’avoir, mais qui ne veut pas donner un dollar pour l’avoir.  Son estime est absolument vaine.  Nous aurons dans le ciel ce que nous aurons acheté aux dépens des plaisirs terrestres que nous sacrifions pour l’amour de Dieu.  Qui pense sérieusement aux belles et bonnes choses qu’il n’a pas l’intention d’acheter?  Eh bien!  pour penser sérieusement à Dieu, il faut vouloir sérieusement l’acheter en le payant par des sacrifices des plaisirs des échantillons.  C’est dans la peine du sacrifice que l’esprit et le coeur se portent sur Dieu d’une façon concrète et pratique.  Autrement la pensée de Dieu est superficielle et vaine, Par exemple, c’est quand un fumeur a tout ce qu’il faut pour fumer et qu’il en fait un sacrifice pour l’amour de Dieu qu’il pensera sérieusement au plaisir correspondant au ciel.  Plus il s’en prive et plus la passion se fait sentir.  Dieu la laisse précisément pour lui donner une plus grande estime du plaisir correspondant au ciel.  Qu’il se dise: si j’enrage tant pour un plaisir si insignifiant et si passager, que doit être le plaisir que je récolterai au ciel!  Plus il pourra dire à Dieu: vous voyez comme il faut vous aimer pour vous payer si cher!  C’est en gardant sa faim pour le plaisir qu’on peut l’apprécier.  Ceux qui se contentent avec les plaisirs des échantillons ne peuvent pas désirer sérieusement les plaisirs du ciel.  Quand on est rassasié de mets grossiers, on est rassasié quand même et l’on ne désire pas de meilleures viandes.  Ainsi ceux qui sont rassasiés des plaisirs des échantillons n’ont pas faim pour ceux du ciel, comme l’expérience le prouve.  C’est quand une mère de famille trouve pénible d’élever plusieurs enfants et donc qu’elle sacrifie une belle vie douce sur terre, qu’elle pensera à cette vie douce du ciel pendant toute l’éternité, qu’elle récoltera un jour pour avoir semé celle de la terre.  Ces femmes ne voudraient pas pour tout l’or du monde commettre un péché mortel.  Car le ciel leur coûte si cher qu’elles ne voudraient pas le perdre.  Voilà des chrétiennes capables de mesurer un peu la malice du péché mortel.  C’est donc le même chemin pour arriver à connaître Dieu et à connaltre la malice du péché.

Plus on connaît la bonté, la beauté et la majesté de Dieu et plus on connalît la malice du péché qui offense un tel être.  Or, nous n’avons que la doctrine des échantillons pour arriver à connaître Dieu.  Plus donc les prêtres la donneront au peuple et moins les fidèles pècheront; parce qu’ils auront une très grande idée de Dieu par la comparaison avec les échantillons que nous estimons tant au point de vue naturel.  Par nature, toute notre estime va là, donc c’est cette estime qu’il faut semer pour récolter l’estime des perfections de Dieu.  Tous devraient savoir que les plaisirs terrestres sont comme autant d’échelons pour monter à Dieu.  Or, il faut mettre le pied sur l’échelon pour monter dans l’échelle; Eh bien!  mettons les pieds sur les plaisirs terrestres, rejetons-les afin de ne vivre que pour ceux du ciel auxquels Dieu nous destine dans son infinie bonté.  Tout cela est vrai non seulement pour les échantillons défendus, mais pour les permis aussi.  Ils ne sont que des échelons pour aller à Dieu.  3.- On connaît la malice du péché en fonction de ses châtiments déjà infligés par Dieu aux pécheurs.  Jusqu’ici nous avons suivi le procédé intellectuel pour nous faire une grande idée de la malice du péché.  Maintenant nous allons prendre un autre moyen: nous allons nous arrêter aux effets des péchés dans trois différents groupes de personnes punies par Dieu pour leurs péchés.  Nous aurons une idée de ce que Dieu pense du péché, et cela nous aidera à nous mieux faire comprendre sa malice.  Quand même les péchés des autres ne nous touchent guère, leurs châtiments devraient nous ouvrir les yeux sur la grandeur de nos propres péchés que Dieu peut bien punir de la même façon.  le péché des anges.  Ces esprits purs étaient immortels, intelligents et doués de volonté.  Dieu leur avait donné la grâce sanctifiante en les créant parce qu’aucun être ne peut la mériter quand il ne l’a pas.  C’est comme si Dieu leur disait: Vous êtes divins, vous avez une participation créée de ma nature, agissez comme moi afin de venir participer à ma vie trinitaire au ciel.  Là ils agiront avec la sagesse divine et selon la volonté divine.  Eh bien!  Dieu veut qu’ils commencent à le faire tout de suite pour se montrer dignes du ciel.  Il leur demande donc quelque chose qui répugne un peu à leur nature angélique, peu importe ce que c’était pour le moment.  St Michel avec ses anges renoncèrent à leurs facultés spirituelles, les semèrent pour agir uniquement selon la sagesse divine.  Ils étaient mûrs pour aller continuer cette vie au sein de la Trinité.

Mais Lucifer avec ses anges ne voulurent pas se renoncer ni obéir à Dieu.  Après tout, ils n’ont fait que suivre leur bon sens angélique au lieu de suivre la sagesse divine… comme tant de chrétiens font de nos jours.  Comme tout le monde trouve naturel de suivre les goûts de la nature!  Même quand Dieu leur demande le contraire.  C’est tout ce qu’a fait Lucifer.  Comment Dieu jugea-t-il cette désobéissance?  Dieu créa l’enfer: cet abîme de feu qui peut brûler des esprits aussi bien que des corps.  C’est J.C.  lui-même qui nous l’a dit que l’enfer a été créé pour les anges d’abord.  Des millions d’anges brûleront éternellement dans ce feu qui les torturera sans jamais les consumer.  Allons en esprit sur le bord de cet océan de flammes allumées par la colère divine.  Notre feu est un effet de la bonté de Dieu, que doit être celui qui est l’effet de sa colère infinie?  Regardons ces anges transformés en démons et se lamentant dans des tortures atroces et se débattant de désespoir dans cet océan de flammes inextinguibles.  Comparons leur affreux sort au bonheur ineffable des bons anges dans la vision béatifique du ciel.  Bonheur suprême et éternel d’un côté et de l’autre tourments épouvantables dans un feu éternel!  Quelle est donc la cause d’un tel écart entre ces deux groupes d’anges?  Un seul péché mortel!  Une seule désobéissance à Dieu!  C’est un fait historique, un fait corroboré par le témoignage de J.C.  lui-même en parlant de la sentence qu’il portera contre les méchants: «Allez, maudits, au feu éternel qui a été préparé pour Satan et ses anges!» Et ils iront au feu éternel!  Peu importe que ces considérations nous laissent insensibles; il faut au moins convaincre l’esprit de cette vérité épouvantable et ensuite par la prière obtenir de Dieu qu’il daigne toucher notre coeur de sa grâce pour que nous pleurions au moins spirituellement tous nos péchés qui nous ont déjà peut-être mérité ce terrible châtiment!

le péché de nos premiers parents nous montre un

châtiment que les hommes ont bien de la peine à comprendre tant il dépasse toute compréhension humaine.  Repassons les principales circonstances.  Adam et Ève ont reçu la grâce sanctifiante dans leur création pour la même raison que les anges; ne l’ayant pas, ils n’auraient pas pu la mériter.  Ils étaient donc destinés à la vision béatifique comme les anges.  Pour la leur faire mériter, Dieu leur demande une épreuve pourtant bien simple et bien insignifiante: ne pas manger d’un tel fruit quand il y en avait tant d’autres dans le paradis terrestre.  Tous les deux ont désobéi et ont commis leur péché mortel.  Du coup ils méritent le même châtiment que les anges.  Tout ce que nous avons dit des anges s’applique donc à eux aussi.  Mais cependant Dieu agit différemment avec les hommes: il ne les précipite pas tout de suite en enfer parce que le Verbe incarné va prendre sur lui la plus grande partie du châtiment, et nos premiers parents vont avoir la chance d’expier leur faute en union avec le sacrifice de Jésus sur la croix.  Mais examinons le châtiment qui tombe sur J.C.  au lieu de tomber sur les hommes.  Comment notre esprit peut-il comprendre ces souffrances endurées par un Homme-Dieu?  C’est une seule personne qui souffre et elle est Dieu dans toute la force du mot et elle est homme aussi véritablement.  La justice divine fait donc retomber le châtiment du péché d’Adam sur Dieu même pour ainsi dire.  Comme il y a eu un côté infini dans l’offense, il y a donc aussi un côté infini dans le châtiment.  En tous cas il dépasse les forces de l’esprit humain comme les tourments de l’enfer pour les anges les dépassent aussi.  Pourquoi la passion et la mort du Sauveur?  C’est pour expier une seule désobéissance d’Adam et d’Ève!  Cet abîme de souffrance donne un peu l’idée de ce que Dieu pense d’une seule désobéissance d’un homme envers lui.  Puisque c’est Dieu qui va réparer ce péché, c’est donc qu’un homme ne pouvait le faire ni tous les hommes ensemble.  Que chacun s’arrête à ces deux châtiments: l’enfer d’un côté et la passion et la mort de l’Homme-Dieu de l’autre.  Voilà deux faits historiques qui prouvent ce que Dieu pense du péché mortel qui n’a duré qu’une seconde dans le consentement de la volonté… et quels affreux tourments de la part de Dieu qui a été offensé!  Il est évident que seule la grâce divine peut éclairer l’esprit et le coeur sur de pareilles vérités.  Demandons-la avec toute la ferveur possible et persévérons dans cette demande jusqu’à ce que nous soyons tellement pénétrés par ces deux châtiments que nous souffrions n’importe quelle privation plutôt que de pécher contre Dieu.  Implorons l’intercession de la Ste Vierge dans une affaire de cette importance.  et nous.  C’est l’enseignement de l’Église que celui qui meurt en état de péché mortel est condamné à l’enfer avec les mauvais anges.  Quelque saint qu’on puisse être et quelque grands que soient nos mérites déjà acquis, un seul péché mortel suffit pour nous précipiter en enfer pour l’éternité.  Une seule désobéissance en matière grave produit donc pour n’importe lequel d’entre nous ce qu’elle a produit chez les anges et chez nos premiers parents… et même les deux à la fois: nous méritons l’enfer et nous crucifions J.C.!  Ce devrait être assez pour nous convaincre de la grandeur de la malice du péché mortel et pour nous déterminer à ne plus jamais le commettre.  Plutôt souffrir n’importe quelle tentation!  Si toutes ces considérations restent dans la tête seulement, elles ne produiront aucun bon résultat.  Il faut prendre le temps voulu et essayer de descendre au fond de son coeur pour y rencontrer Dieu s’il y habite!  Si on a un peu d’amour pour lui!… Je serais fort peiné dans mon coeur si j’avais frappé ma mère par mégarde, tandis que je ne le serais pas ou bien peu si c’était une étrangère que j’avais ainsi frappée.  Voilà pourquoi ceux qui ont des attaches sont pratiquement incapables de regretter sérieusement leurs fautes mortelles, parce que cet amour naturel empêche l’amour surnaturel de Dieu de s’établir dans le coeur.  Dieu qui est offensé n’est pas leur amour; comment seraient-ils peinés?  Sans doute nos philosophes avec leur «strictement parlant» en trouveraient peut-être, mais Dieu ne se soucie guère de cet amour de tête seulement.  revue de nos péchés personnels

Personne ne peut la faire pour un autre; elle est déjà assez difficile pour soi-même!  Ce n’est qu’en proportion qu’on a de l’amour véritable pour Dieu que cette revue peut toucher le coeur.  Tout de même, il est bon de la faire sérieusement.  Cet effort peut attirer quelque grâce de Dieu pour mieux regretter ses péchés.  Il est bon qu’un homme d’affaire repasse ses dettes pour se faire une idée de tout ce qu’il doit à ses créanciers.  Eh bien!  il est encore plus nécessaire pour un chrétien de repasser ses dettes envers Dieu pour commencer tout de suite à les payer d’une façon ou d’une autre, par la pénitence, le repentir ou la mortification .  Savoir que Dieu va exiger le paiement de ces dettes jusqu’au dernier sou, dans les flammes du purgatoire ou en enfer devrait réveiller tout chrétien et l’exciter à bien faire cette revue.  Qu’il repasse dans le détail tous ses péchés, en nombre, en gravité et en malice.  Qu’il s’arrête à son ingratitude envers Dieu qui lui a fait tant de grâces pour l’avoir avec lui au ciel.  Qu’il songe à ce que Jésus a souffert pour lui dans sa passion… et qu’il souffrira lui-même s’il n’a pas expié ses fautes.  Tous ses péchés ont blessé les perfections divines; comment le pécheur peut-il espérer aller faire son bonheur avec Dieu qu’il a outragé?  Le pécheur se moque de la bonté divine qu’il méprise pour son échantillon terrestre.  Il attaque la majesté de Dieu puisqu’il pèche en présence de Dieu et ne s’en occupe pas.  Au lieu de reconnaissance pour les bienfaits divins, il est absolument ingrat envers Dieu, se servant de ses dons pour l’offenser au lieu de le glorifier.  Il refuse de se soumettre au souverain domaine divin en préférant sa propre volonté à la volonté divine.  Mais toutes ces considérations n’ont pratiquement aucune influence sur un coeur vide d’amour de Dieu, et donc attaché encore aux plaisirs du monde.  Tout de même il est bon de les faire quand ce ne serait que pour comprendre le vide épouvantable de notre coeur envers les choses divines.  Car l’esprit voit bien qu’elles sont très vraies même quand le coeur reste indifférent.  Au moins on peut mieux comprendre qu’on n’a aucun amour sérieux de Dieu et cela devrait nous remplir d’effroi pour notre avenir céleste.  Rester insensible devant toutes les injures qu’on a faites à Dieu montre à l’évidence qu’on n’a aucun amour de Dieu, même si selon les philosophes, il n’est pas besoin de verser des larmes pour être contrit.  Enfin, il faut toujours bien que la peine soit quelque part dans l’homme ailleurs que dans la tête.  adieu au péché Même si le coeur reste froid devant toutes ces considérations sur le péché, l’esprit au moins doit agir énergiquement sur la volonté pour lui faire prendre une détermination absolue de ne plus jamais pécher?  Eh bien!  nous l’avons dit souvent, le plan divin exige que nous commencions tout de suite sur terre la même vie dans la même mentalité qu’au ciel.  La grâce de Dieu nous est donnée normalement dans la mesure que nous la voulons et selon nos dispositions intérieures.  Cette détermination énergique évidemment n’est pas la grâce; il faudra beaucoup prier pour l’avoir.  Mais enfin quand Dieu trouve dans l’âme cette détermination il agit puissamment dans l’âme.  N’allons pas nous arrêter à l’exécution qui ne répond pas toujours à l’intention, mais travaillons sur la partie qui dépend de nous et Dieu fera sa part ensuite en admettant sa grâce dans notre part évidemment.  Les Apôtres insistaient énormément sur cette idée de l’incompatibilité de la vie divine en nous avec le péché.  Ils le prêchaient tellement que les catéchumènes allaient jusqu’à différer leur baptême pour jouir de la vie, sachant qu’une fois baptisé ils ne pourraient plus jamais faire ces choses.  C’est ce qui explique le peu de détail qu’on a sur la confession de ces temps-là.  Les chrétiens ne péchaient plus et donc ne se confessaient pas ou très rarement.  Voyons quelques passages des Epîtres qui enseignent cette doctrine avec grande force.

Rom.  6-3: «Ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés en J.C., c’est en sa mort que nous avons été baptisés?  Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous aussi nous marchions dans une vie nouvelle.  Si en effet, nous avons été greffés sur lui, par la ressemblance de sa mort, nous le serons aussi par celle de sa résurrection; sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus les esclaves du péché; car celui qui est mort est affranchi du péché.  Mais si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivrons avec lui sachant que le Christ ressuscité ne meurt plus; la mort n’a plus d’empire sur lui, car sa mort fut une mort au peché une fois pour toutes et sa vie une vie pour dieu.  Ainsi vous-mêmes regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants en J.C.».  St Paul n’avait pas peur d’être extrêmement exigeant pour les premiers chrétiens; ils ne devaient pas plus pécher qu’un mort.  Il veut qu’ils vivent la vie divine de J.C., absolument exempte de tout péché.  Donc ne pas plus pécher qu’un mort.  Ne pas plus pécher que J.C.  Peut-on être plus absolu?  Cela doit être ainsi.  Les Apôtres étaient logiques avec les exigences de notre destinée surnaturelle au ciel.  Pourquoi nos prêtres ne prêchent-ils plus cette doctrine si forte et si efficace pour préserver les fidèles de tout péché?  C’est une sottise d’un grand nombre de prêtres de penser plus à l’exécution qu’à l’intention.  Parce que beaucoup ne pourront pas pratiquer cette grande pureté de coeur, on dirait qu’ils les excusent.  Ils prennent cette faiblesse de la nature humaine comme matière de prédication.  C’est insensé!  Dans l’ordre de l’intention on exige absolument tout.  L’exécution n’est pas de nos affaires, que les fidèles y voient.  Pour être mort au péché, il faut d’abord mourir aux causes du péché en nous, qui sont nos convoitises naturelles avec leurs motifs naturels qu’elles nous fournissent, et cela se trouve dans les choses permises comme dans les défendues.  Par conséquent il faut se mortifier constamment et se renoncer de même pour mourir non seulement aux choses de ce monde, mais à soi-rnême surtout, à sa personnalité morale que l’on doit commencer à connaître.

St Paul revient souvent sur cette idée fondamentale de notre religion: que nous devons mourir au monde, à nousmêmes et au péché.  Eh bien!  quand on dit qu’un homme est mort, c’est quand les choses de ce monde n’ont plus d’influence sur lui.  Quand tous ses sens sont fermés aux choses sensibles, que ses facultés n’agissent plus; Eh bien!  notre destinée surnaturelle exige que nous soyons morts moralement à tout ce monde en autant que notre condition humaine le permet.  L’humanité de Jésus était pratiquement morte pour les plaisirs du monde; rien de créé ne l’intéressait si ce n’est qu’en rapport avec le salut et la gloire de Dieu, Eh bien!  Voilà ce que St Paul veut que nous fassions comme chrétiens.  Quel dommage que les prêtres ne soient pas plus imbus de cette doctrine céleste avec ses impérieuses exigences pour la sainteté de la vie des chrétiens.  Leur idéal ne semble vouloir faire que des honnêtes gens alors qu’ils devraient vouloir faire des saints morts à ce monde et ne vivant plus que pour le ciel en Dieu.  Ils n’attaquent que les péchés quand ils devraient attaquer tout l’humain libre qui reste dans tout homme même une fois baptisé.  Donc ils devraient attaquer toutes les affections naturelles même bonnes en soi et pour les choses permises: cela est bon humainement, mais n’est pas divin.  Or tout, absolument tout doit être divin dans nos chrétiens comme dans les élus au ciel; c’est la condition pour arriver au ciel!  1 Jn.  3-2: «Mes bien-aimés, nous sommes dès maintenant les enfants de Dieu, mais ce que nous serons un jour ne paralt pas encore.  Nous savons que lorsqu’il se montrera nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu’il est.  Et quiconque a cette espérance en lui se sanctifie comme lui-même est saint.  Quiconque commet le péché, commet l’iniquité.  Vous savez qu’il est apparu pour ôter nos péchés et le péché n’est point en lui.  Quiconque demeure en lui ne pèche pas et quiconque pèche ne l’a point vu et ne l’a point connu.  Mes petits enfants, que personne ne vous séduise.  Celui qui fait les oeuvres de justice, c’est celui-là qui est juste.  Celui qui commet le péché est enfant du démon, parce que le démon pèche dès le commencement.  Or c’est pour cela que le Fils de Dieu est apparu, pour détruire les oeuvres du démon.  quiconque est né de dieu ne commet pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui, et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu.  C’est en cela qu’on connaît les enfants de Dieu et les enfants du démon.»

St Jean insiste sur le fait que nous sommes divinisés; étant les enfants de Dieu, ne péchons pas plus qu’au ciel!  Nous sommes déjà là par la foi et la grâce, donc par toute notre vie surnaturelle.  «Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel» nous enseigne à prier chaque jour N.S.; c’est donc qu’il veut que nous vivions réellement comme au ciel par la pureté et l’amour du coeur.  Nous trouvons cette doctrine de l’extrême pureté de vie de tout chrétien prêchée par les autres Apôtres.  Ils veulent que nous soyons saints comme Dieu est saint dans toute la conduite de notre vie.  C’est à force de mettre devant les yeux des fidèles ces exigences extrêmes de notre destinée à la vision béatifique que nous préserverons les fidèles de tout péché et que nous obtiendrons un changement de vie radical chez les pécheurs.  Cette vue de la sublime destinée d’enfants de Dieu est autrement efficace pour attirer les pécheurs que la vue de l’enfer.  La différence est aussi grande qu’entre la crainte et l’amour pour mener les coeurs.  Évidemment il faut parfois parler de l’enfer et de ses tourments éternels, mais il vaut bien mieux parler surtout de ce que nous sommes par la grâce de Dieu.  Nous l’avons expérimenté souvent dans nos missions au peuple et dans nos retraites aux prêtres.  Toutes nos instructions étaient orientées pour les porter du côté de Dieu et les résultats ont été très consolants.  En tout cas, il est certain que c’était la façon de prêcher des Apôtres et ils attachaient les chrétiens à J.C.  pour toujours et avec un amour capable de les conduire au martyre.  Or de nos jours les prêtres ne parlent guère des exigences de cette sublime destinée.  Aussi quel fléchissement dans la foi et les coeurs comme conséquence!  Toute leur morale consiste à dire que telle chose est péché mortel, telle autre est permise… et, prenez-en tant que vous voudrez, il n’y a pas de mal à cela.  Tout ce qu’on entend est ceci: c’est péché; ce n’est pas péché!  C’est défendu!  C’est permis!  Comme si Dieu n’était qu’un être sans péché!  Donc tout bon païen vaut Dieu!  Un païen qui ne pèche pas: voilà tout l’idéal que les prêtres donnent aux fidèles!  Est-ce que le surnaturel, c’est tout ce qui n’est pas péché?  Est-ce que le ciel, c’est tout ce qui n’est pas l’enfer?  Les limbes, ce n’est pas l’enfer: alors c’est le ciel?  Un bon païen sans péché, est-ce que c’est Dieu?  Vivre en bon garçon, est-ce vivre en enfant de Dieu?  On voit l’immense tort que font les philosophes à la religion.  Tout ce qu’ils peuvent concevoir n’est que du pur naturel; ils en sont satisfaits!  Du moment qu’un homme ne commet pas de péché mortel, c’est un enfant de Dieu digne du ciel, même si sa mentalité est toute de la terre même si son coeur est tout aux choses du monde.  Est-ce surprenant que nos fidèles soient si lâches dans le service de Dieu?  Jamais on n’a exigé d’eux une vie toute divine dans toute la conduite de leur vie comme les Apôtres.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire